Environnement, Nature, Paysage

Savoirs locaux et pratiques culturelles de gestion durable de la biodiversité spécifique en pays kabyè (Nord-Togo)

Introduction

La conférence de Rio, tenue en juin 1992 à Rio de Janeiro, a établi la feuille de route d’un partenariat mondial sur le développement durable. L’Agenda 21, issu de cette conférence a encouragé la prise en compte des savoirs locaux, comme tremplin pour un développement durable (B. E. DIALLA, 2004, p. 4). Dès lors, plusieurs rencontres internationales sont organisées autour de ce concept.

Anomalies pluviométriques positives dans le domaine subéquatorial du Benin : manifestations et implications agricoles

Introduction

Au regard de leurs répercussions immédiates et durables sur les composantes naturelles et sur les sociétés humaines, la problématique des changements et/ou des variabilités climatiques est au centre des préoccupations des scientifiques et des décideurs politiques dans le monde (A.M. Kouassi et al., 2010, p.2). En effet, en plus du réchauffement thermique global (GIEC, 2014, p.20), l’Afrique de l’Ouest, y compris le Bénin, est caractérisée par une réduction de 10 à 25 % des cumuls annuels des pluies entre 1951 et 2010 (GIEC, 2014, p.8). A cela s’ajoute une fréquence accrue des évènements hydro-climatiques extrêmes. Plutôt, J.M. Paturel et al. (1997, p. 29) avaient déjà constaté qu’en Afrique de l’Ouest, les régimes pluviométriques ont subi d'importantes modifications qui se traduisent par la diminution des hauteurs annuelles précipitées pouvant atteindre 20 à 25 % entre 1950 et 1990. Les mêmes auteurs ont indiqué que la baisse des pluies affecte toutes les saisons avec un glissement des isohyètes vers le sud et une modification des régimes pluviométriques. Même si des marches d’incertitudes subsistent sur les résultats de projections, cette tendance devrait se poursuivre au cours des prochaines années en Afrique Occidentale (GIEC, 2014, p.23).

Au Bénin, les conclusions de plusieurs auteurs rapportées par E. Ogouwalé. et al. (2018, p. 278) confirment que :

Caractéristiques du relief et répartition de l’habitat dans la ville de Bouaké

Introduction

Le relief est le réceptacle des activités humaines, des infrastructures et de l’habitat. Il constitue de ce fait un facteur important dans la logique de leur implantation à la surface de la terre. Dans le cas particulier de l’habitat, qu’il soit rural ou urbain, certaines formes de terrains ne lui sont pas adaptées. Les pentes fortes par exemple peuvent favoriser une érosion forte pouvant entrainer des écroulements ou des glissements de terrain ; les bas-fonds sont exposés aux inondations, etc. Dans les pays en développement, il a été constaté que ces contraintes de localisation ne sont pas souvent prises en compte lorsqu’il s’agit d’implantation de l’habitat. Les aménageurs de l’espace urbain considèrent le plus souvent les données physiques de terrain comme secondaires par rapport aux moyens techniques à mettre en œuvre pour réaliser leurs projets (KAKEZA et MUBANGA, 1997) et l’urbanisation spontanée s’étend jusque dans les zones dangereuses à savoir les fonds de ravines ou encore les pentes les plus abruptes.

Gestion de l’environnement et risques sanitaires dans la commune d’Ifangni au sud-Bénin

Introduction

Dans les pays en voie de développement en général et en Afrique en particulier, les grands problèmes qui affectent la santé des populations ne se limitent pas seulement à l’insuffisance des centres de santé, à la qualité du personnel de santé et du matériel sanitaire. Ils sont également dus au cadre de vie des populations et surtout à leurs comportements vis-à-vis de leur milieu de vie (P. Koumalon, 2012, p.13). Les maladies liées à l’insalubrité de l’eau, à l’absence de système d’assainissement et au manque d’hygiène représentent un fardeau pour ces pays. Pour Ainsi, 88 % des maladies diarrhéiques sont dues à l’utilisation d’eau insalubre et à des problèmes d’assainissement et d’hygiène (OMS, 2004). Dans ces pays, les maladies infectieuses dues principalement à l’environnement se développent de façon remarquable (R. E. M. Agueh, 2015, p.13).

Effets de l’érosivité des pluies sur la piste Moutélé-Makala dans la Sous-préfecture de Yamba au sud du Congo Brazzaville et la quantification des formes d’érosion

Introduction

La dégradation des routes par l’érosion hydrique constitue, l’un des problèmes environnementaux les plus préoccupants dans des pays en voie de développement. La route Moutélé-Makala dans la Sous-préfecture de Yamba au sud du Congo Brazzaville, connait ces 30 dernières années une dégradation accélérée due à l’érosion hydrique. L’amélioration du réseau routier est l’un des piliers du développement socio-économique et de lutte contre la pauvreté. Aussi, nous d’avis avec B.A. Mayima et al. (2019, p.122) pour noter que la route est considérée comme l’un des éléments sur lesquels repose le développement socio-économique d’un pays. Ainsi, l’amélioration des infrastructures routières en milieu rural est une stratégie qui vise à rétablir la mobilité en milieu rural. La mauvaise qualité de transport entrave l’écoulement de la production, le déroulement des activités commerciales et l’accès aux services socio-économiques confinant ainsi les résidents ruraux dans une agriculture de subsistance, dans des conditions de vie précaires et d’isolement. Cette réalité a poussé la République du Congo Brazzaville à adopter une politique visant à améliorer le réseau routier par la construction de plusieurs nouvelles routes.

Protection des côtes et écosystèmes de la plate-forme continentale du littoral béninois (Cotonou)

Introduction

Les milieux littoraux constituent des complexes côtiers fortement humanisés. Cette attraction des populations est due à la richesse des plateaux continentaux en ressources minières et biologiques. Au niveau de la plate-forme continentale béninoise, il y avait, dans les années 60, une profusion des espèces animales, végétales et microbiennes dans les immenses écosystèmes océaniques. Les marges continentales constituent, selon F. Carré (1978, p. 43), des lisières plus ou moins étroites où s’effectue la quasi-totalité des pêches mondiales. L’océan Atlantique constituait la principale source de satisfaction des besoins essentiels des pêcheurs et aussi une des sources d’approvisionnement en protéines animales de la population béninoise. La pêche maritime artisanale y est pratiquée par des groupes socio-culturels qui exercent les activités halieutiques comme une profession ou un métier. La production moyenne annuelle est de 24922 tonnes de 1975 à 1979 (Direction de la pêche, 1979, p. 24).

Extension urbaine et protection de la nature : L’expérience mitigée de Brazzaville

Introduction

Les mouvements migratoires, la baisse de la mortalité et l’augmentation de la fécondité concourent à l’évolution démographique urbaine mondiale à un rythme exponentiel. En effet, le nombre des individus vivants dans les villes qui était de 14% en 1900 et de 28% en 1950 est passé à 55% de nos jours (Banque Mondiale, 2019, p. 13). Cette croissance de la population trop rapide a pour conséquence la conquête des espaces à bâtir. Cette conquête se fait, cependant, de façon anarchique et accélérée dans les villes des pays en développement notamment. L’extension anarchique de ces villes est le résultat de l’absence d’une bonne politique d’urbanisation qui entraîne un déphasage entre l’extension spatiale et l’implantation des équipements adéquats et des infrastructures. L’inégale distribution de la voirie et son mauvais état occasionnent une déconnexion ou une connexion insuffisante des quartiers périphériques au réseau routier et, par conséquent, l’enclavement ou le semi-enclavement des quartiers.