Espaces, Sociétés, Territoires

Rôle du Port Autonome de Pointe-Noire dans la croissance de la ville (République du Congo)

Introduction

L’analyse de la population est aujourd’hui au cœur des études prospectives (J.P. THUMERELLE, 1996, p. 25). Les mouvements de population obéissent aux contraintes spatiales et les caractérisent, créant des pôles ou des espaces de circulation là où ils n’existaient pas. Cette dialectique est continuelle et la lecture géographique offre très souvent les moyens de comprendre à la fois la genèse des changements démographiques et leur portée dans la configuration de l’espace social dans son ensemble.

La population est une réalité complexe qu’on ne peut réduire aux statistiques relatives à des taux quotidiens. Elle est perçue comme une composante essentielle du développement. Même si les relations entre population et développement sont indéniables, celles-ci demeurent multiformes et parfois complexes.

Cartographie et analyse de l’occupation du sol dans le finage de Bembela (Nord-Est de la Côte d’Ivoire)

Introduction

La plupart des régions de la Côte d’Ivoire ne dispose que d’informations anciennes et éparses sur l’occupation de leur espace. Vu l’évolution rapide de l’exploitation du milieu naturel, certains documents cartographiques disponibles ne sont plus des références pour les projets d’aménagement de l’espace local et de la gestion de l’espace rural. Cette approche est une contribution à l’accumulation, à partir d’étude de cas, des connaissances pouvant aider à la compréhension de la structuration spatiale de ces milieux ruraux.

Se loger, une entreprise contraignante aux impacts sociaux et spatiaux perceptibles à Korhogo (nord de la Côte d’Ivoire)

Introduction

L’urbanisation de l’Afrique connaît un essor spectaculaire. De 14,5 % en 1950, le taux d’urbanisation a atteint 40 % en 2010, et sera de 61,60 % en 2050 (ONU, 2015). En Côte d’Ivoire, de 5 % en 1950, le taux d’urbanisation est passé à 32 %, 39 % et 42,5 % respectivement en 1975, en 1988 et en 1998 pour atteindre 50,3 % en 2014 (RGP, 1975 ; INS, 1988, 1998 et 2014). Aujourd’hui, un ivoirien sur deux réside en ville. Ce processus d’urbanisation semble affecter toutes les villes du pays. La ville de Korhogo, capitale régionale du nord de la Cote d’Ivoire, connait de plus en plus une forte croissance démographique. La population urbaine est passée de 142 039 habitants en 1998 à 243 048 habitants en 2014, soit une progression globale de 71 % (INS, 2014). Les lotissements s’ouvrent sur des espaces ruraux et agricoles périphériques pour faire face à la forte demande de terrain à bâtir. C’est ainsi que, de 2 500 ha en 1985, la superficie urbanisée de la ville de Korhogo est passée à 3 300 ha en 2000 pour atteindre 8 700 ha en 2016 (Y.S.K. KOFFI, 2017, p. 1). Avec le nombre de plus en plus important des nouveaux arrivants, les structures d'accueil de la ville sont largement dépassées : la demande de logement a explosé alors que l'offre reste faible. De ce fait, la problématique du logement est une préoccupation majeure à Korhogo.